afmNEWS 2018 #2 - A la une

A la une

afmnews2018-2_une.JPG

Interview croisée de Bertrand Urien et Gilles N’Goala, actuel et futur président de l’afm

afmNews - Bertrand Urien, votre mandat à la présidence de l'Association Française du Marketing touche bientôt à sa fin. Sans empiéter sur le rapport moral que vous présenterez au prochain Congrès de l'afm à Strasbourg en mai prochain, pouvez-vous revenir sur les 4 principaux points de votre programme ?

1. Favoriser la création de connaissances nouvelles en marketing
Bertrand Urien (BU) - Comme annoncé, nous avons effectivement travaillé dans plusieurs directions. Que ce soit l’élaboration d’un baromètre Hot topics, qui sera d’ailleurs présenté à Strasbourg, l’ouverture sur plusieurs disciplines connexes comme l’histoire, tout dernièrement, ou la création de plusieurs groupements d’intérêt thématique autour de la consommation alternative, de la santé, des pays émergents, du marketing RH et du Prix et de la valeur. 

2. Renforcer la diffusion des travaux de recherche en marketing
BU - Au-delà du renforcement du classement actuel de nos revues, il faut notamment citer l’entrée de RAM dans certains classements internationaux comme l’index des sources émergentes du web of science et l’entrée dans le classement danois. Ce sont des étapes importantes pour pouvoir prétendre progressivement à une diffusion et une reconnaissance internationales de nos travaux.

3. Renforcer les services proposés à la communauté afm
BU -
Un travail conséquent a été réalisé pour accueillir les nouveaux membres et doctorants, des aides à l’internationalisation ont été proposées, notamment par l’intermédiaire d’une collaboration avec l’AMS. Par ailleurs, des services à finalité pédagogique ont été tout récemment proposés comme les « mini-cas recherche » accessibles gratuitement pour les membres de l’afm.

4. Renforcer la valorisation de la recherche auprès des différents publics
BU - La refonte complète de notre site – qui a été un lourd travail et a nécessité un investissement financier important – nous permet d’avoir aujourd’hui une vitrine complète de l’ensemble de l’activité de notre association pour tout interlocuteur sur le net. Par ailleurs le nombre de billets de blogs a été particulièrement important et la présence de l’afm sur les réseaux sociaux (Facebook et twitter notamment) est très dynamique.

« Nous allons ensuite nous efforcer de progresser dans trois domaines clés : le recrutement et l’accompagnement des jeunes chercheurs (…), le rayonnement international des membres de l’afm (…), et la valorisation des productions scientifiques et pédagogiques des enseignants-chercheurs auprès des entreprises, des médias et de la société dans son ensemble » Gilles N’Goala

afmNews – Gilles N'Goala, vous avez été 1er vice-président de l'afm, aux côtés de Bertrand Urien, depuis 2016. Quels seront les axes de développement de votre prochain mandat ?

Gilles N’Goala (GNG) - L’afm est née en 1984 et se porte encore merveilleusement bien. On le doit aux 16 présidents de l’afm qui se sont succédés jusqu’à aujourd’hui ainsi qu’à tous ceux qui, à un moment ou un autre de leur carrière, ont investi bénévolement du temps dans l’intérêt de toute la communauté scientifique en marketing. Mon premier objectif est d’abord de perpétuer leurs actions, et au premier chef celles de Bertrand, et de conserver l’esprit afm qui est à la fois fait de sérieux et de rigueur mais aussi de décontraction et de bonne humeur. Nous allons ensuite nous efforcer de progresser dans trois domaines clés :

  1. Le recrutement et l'accompagnement des jeunes chercheurs vers la publication de haut niveau : internationalisation des profils, transformation des thèses en articles de référence, élévation des ambitions de publication, accompagnement méthodologique, échanges sur les thèses par article, etc. ;
  2. Le rayonnement international des membres de l’afm : diffusion et valorisation de RAM à l’international, partenariats avec d'autres grandes associations, incitation à des publications dans les « tops journals », participation à des boards internationaux, etc. ; et
  3. La valorisation des productions scientifiques et pédagogiques des enseignants-chercheurs auprès des entreprises, des médias et de la société dans son ensemble : échanges avec les associations professionnelles (adetem, syntec, irep, esomar, etc.), diffusion des articles des revues dans les milieux professionnels (blog, réseaux sociaux, livres blancs), production et diffusion de contenus vidéos, etc.

« Progresser davantage dans notre participation aux débats publics sur la consommation » Bertrand Urien

afmNews - Bertrand Urien, avez-vous des regrets sur certains points de la mission que vous vous étiez fixée ou y aurait-il des choses que vous feriez différemment aujourd'hui ?

BU - Je pense que l’on peut progresser davantage dans notre participation aux débats publics sur la consommation. Peut-être faut-il se professionnaliser en la matière. Je pense également que des rapprochements avec d’autres organisations scientifiques étrangères comme la nôtre permettrait d’encourager davantage l’ouverture internationale de notre association.

« Le bureau verra la création de deux nouvelles vice-présidences : une vice-présidence « jeunes chercheurs » (…) et une vice-présidence « valorisation » Gilles N’Goala

afmNews - Gilles N'Goala, la communauté s'agrandit, se renouvelle, change, et avec elle, les besoins, les envies, les attitudes et les comportements de ses membres évoluent. Y a-t-il des pistes de réflexion, à plus ou moins long terme, que vous souhaiteriez investir avec l'aide des commissions existantes, voire même en créant de nouveaux groupes de travail ?

GNG – L’afm s’enrichit régulièrement de nouveaux talents et de nouvelles énergies. Le bureau et le conseil d’administration de l’afm compte notamment un grand nombre de collègues qui ne se sont engagés dans la carrière que très récemment. C’est un signe de bonne santé et une chance de pouvoir rester en prise directe avec les réalités actuelles du métier et les enjeux majeurs de la nouvelle génération. L’enseignant-chercheur en grande école ou en université est de plus en plus écartelé entre des impératifs de publication dans des revues de très bon niveau et une obligation de « bien faire le métier » en innovant sur un plan pédagogique et en maintenant un lien constant avec les milieux professionnels. L’afm n’a pas à se substituer aux structures existantes (universités, écoles, laboratoires) mais doit surtout aider, accompagner et reconnaître les efforts et les talents de chacun.

Depuis quelques années, l’afm s’est ainsi enrichie de nouveaux services et de nouvelles commissions qui viennent compléter les activités scientifiques de l’afm (recherche et publications). En cohérence avec les enjeux décrits précédemment, le nouveau bureau verra la création de deux nouvelles vice-présidences :

  1. une vice-présidence « jeunes chercheurs » afin de mieux accompagner les jeunes collègues dans la thèse et la carrière (thèse -5 <-> thèse +5) ; et
  2. une vice-présidence « valorisation » qui récompensera l’innovation pédagogique et multipliera les rencontres avec les professionnels et la société dans son ensemble.

« Gilles et son équipe vont faire de très belles choses pour l’afm, j’en suis certain » Bertrand Urien

afmNews – Enfin, Bertrand Urien, pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre « jeune padawan » ?

BU – On a commencé notre carrière quasiment en même temps, en présentant nos travaux de thèse respectifs à l’une des rares journées de recherche en marketing de l’époque. C’était en 1998 à Chambéry. Elle était organisée par Jean-Luc Giannelloni. Gilles a de très bonnes idées, une grande capacité d’écoute et de la sérénité dans la gestion de groupe. Lui et son équipe vont faire de très belles choses pour l’afm, j’en suis certain.

« On ne pourra jamais remplacer Bertrand » Gilles N’Goala

afmNews - Le mot de la fin sera pour vous, Gilles N'Goala. Pouvez-vous résumer, en quelques mots, le mandat de Bertrand Urien de 2016 à 2018 ?

GNG - La présidence de l’afm va emprunter une grande diagonale entre Brest et Montpellier. L’Atlantique va rejoindre la Méditerranée. Mais on ne pourra jamais remplacer Bertrand, sa ténacité, sa bienveillance, son sens du compromis et sa bonne humeur constante. Il a su grandement faire avancer l’afm avec l’aide de son équipe, Marie-Laure, Sonia, Mathilde, Nil, Jean-Luc, etc., et s’est notamment engagé dans la refonte du site, le lancement des groupements d’intérêt thématique, le développement d’une stratégie digitale, l’encouragement des innovations pédagogiques et le rapprochement avec les milieux professionnels. Les visages à la présidence et au sein du bureau vont certes changer en mai, car il faut bien concilier continuité et renouvellement, mais l’œuvre restera et se perpétuera.